slide1.jpg
TAUX DU : 21/06/2018 - DTS : 12 674,0181 - USD : 9 002,2156 - EUR : 10 422,7703 - CNY : 1 391,8100 - CAD : 6 768,0777 - GBP : 11 845,1119 - CHF : 9 022,5194 - JPY : 81,8235 - DKK : 1 398,5525 - NOK : 1 100,6903 - SEK : 1 010,8835 - SAR : 2 400,5858 - UCA : 12 674,0181 - XOF : 15,8894 - Or 22 KT: 351 000

Analytique sur les développements des principaux éléments de la balance des paiements 2017

 

En 2017, le solde global de la balance des paiements est ressorti déficitaire de USD 44,05 millions contre un déficit de USD 0,83 millions en 2016, soit une dégradation de USD 43,22 millions.

  1. Compte courant

Le compte courant s’est soldé par un excédent de USD 518,40 millions contre un déficit de USD 2 744,92 millions en 2016.

Cette performance est due essentiellement à une nette amélioration de la balance commerciale.

1.a. Balance commerciale

La balance commerciale est ressortie excédentaire de USD 1 110,01 millions contre un déficit de USD 2 015,09 millions en 2016. Cette position favorable de la balance commerciale s’explique essentiellement par la forte augmentation des exportations de bauxite au cours de l’année.

Les exportations globales se sont situées à USD 4 594,06 millions contre USD 2 414,35 millions en 2016, soit une augmentation de 90,3% tirée par les exportations de la Société Minière de Boké (SMB) vers la Chine et le Singapour. Entre 2016 et 2017, les exportations de bauxite ont progressé de 125,5% en volume et 113,9% en valeur.

S’agissant des importations, elles se sont situées à USD 3 484,05 millions contre USD 4 429,44 millions en 2016, soit une baisse de 21,3% tirée essentiellement par :

  • les biens d’équipements, en baisse de USD 1 510,19 millions (69,1%),
  • les produits plastiques, en baisse de USD 224,89 millions (78,6%),
  • les produits alimentaires, en baisse de USD 191,29 millions (31%).

Il faut rappeler que la forte valeur des biens d’équipement en 2016 était due à l’importation d’une plateforme par la CBG pour l’acheminement de la bauxite vers les navires en haute mer.

1.b. Balance des services

La balance des services est ressortie déficitaire de USD 703,53 millions contre un déficit de USD 655,86 millions en 2016, soit une aggravation du déficit de 7,3%.

Cette dégradation résulte en grande partie de l’augmentation de la facture des services de transport et des autres services (voyages, entretien et réparation, services spécialisés fournis aux entreprises) payés aux non-résidents par les agents économiques guinéens.

1.c. Balance des revenus primaires

La balance des revenus primaires est ressortie déficitaire de USD 50,63 millions contre un déficit de USD 154,81 millions en 2016, soit une amélioration de 67,3% due en grande partie à la baisse des salaires et intérêts payés aux non-résidents en 2017.

1.d. Balance des revenus secondaires

La balance des revenus secondaires est ressortie excédentaire de USD 162,55 millions contre un excédent de USD 80,84 millions en 2016.

Cette amélioration s’explique par la baisse plus marquée des transferts courants vers de l’étranger (USD -550,62 millions) par rapport aux transferts reçus de l’étranger (USD -468,91 millions).

  1. Compte de capital

Le compte de capital s’est soldé par un excédent de USD 145,70 millions contre un excédent de USD 164,22 millions en 2016, soit un recul de 11,3% dû en grande partie à la baisse des dons projets faits à l’Etat guinéen et aux ONG nationales par les partenaires financiers et bilatéraux au cours de la période sous revue. Cette baisse s’explique notamment par la conjoncture économique internationale difficile dans la plupart des pays partenaires de la Guinée.

  1. Compte financier

Le compte financier a dégagé un solde déficitaire de USD 708,04 millions contre un solde excédentaire de USD 2 579,74 millions en 2016.

Cette forte dégradation est due à l’augmentation des avoirs au niveau des autres investissements, surtout la partie « Monnaie fiduciaire et dépôts ». Cette situation s’explique par le fait que l’explosion des exportations de bauxite ne s’est pas fait accompagner d’un retour de devises pour renforcer les réserves de change de la Nation ou la position extérieure nette des banques.

  1. Financement du solde global

En 2017, les échanges extérieurs de la Guinée se sont traduits par un solde global déficitaire de USD 44,05 millions contre un solde global déficitaire de USD 0,83 millions en 2016.

Ce déficit a été financé par des tirages auprès du FMI de USD 26,26 millions et auprès d’autres bailleurs pour USD 94,28 millions ; ce qui a permis une reconstitution des réserves de change de USD 76,50 millions.

La DSBP

Analyse actualisée de la balance des paiements de l’année 2016

 

En 2016, le solde global de la balance des paiements est déficitaire de USD 0,84 millions contre un déficit de USD 499,94 millions en 2015, soit une amélioration de 99,8% due à une hausse considérable des flux financiers nets (entrants) enregistrés au niveau des sociétés guinéennes notamment les sociétés minières et industrielles.

  1. Compte Courant

Le compte des transactions courantes est déficitaire de USD 2 774,92 millions contre un déficit de USD 1 020,20 millions en 2016, soit une dégradation de plus de 100% due essentiellement à la forte dégradation de la balance commerciale suivie de celle des services.


1.1 Balance commerciale

La balance commerciale est déficitaire de USD 2 015,09 millions contre un déficit de USD 410,61 millions en 2015. Cette forte dégradation de la balance commerciale s’explique en grande partie par la forte augmentation des importations FAB des équipements (bateaux miniers et pièces de rechange, grues flottantes, remorqueurs, etc.) enregistrées au cours du quatrième trimestre de 2016.

Exportations

Le taux de couverture des importations par les exportations s’est dégradé de 26,76 points de pourcentage en s’établissant à 54,51% en 2016 contre 81,27% en 2015.

Les exportations FAB globales se sont situées à USD 2 414,35 millions contre USD 1 781,15 millions en 2015, soit une augmentation de 35,55% due essentiellement à la hausse de :

  • la valeur de la bauxite exportée par les Sociétés Minières (surtout la Société Minière de Boké) vers les pays asiatiques (la Chine et le Singapour);
  • la valeur de l’or exporté par les sociétés aurifères (surtout la SAG et la SMD) et les sociétés artisanales et ;
  • la valeur du diamant exporté par les sociétés industrielles et artisanales d’exploitation du diamant

En effet, la valeur de la bauxite exportée est de USD 882,99 millions en 2016 contre USD 596,18 millions en 2015, soit une augmentation de 48,11% due à l’évolution favorable du prix de ce produit sur le marché asiatique (Chine et Singapour).

Quant aux produits aurifères, leur valeur est de USD 960,92 millions contre USD 671,83 millions en 2015, soit une hausse de 48,7% due principalement à l’évolution favorable des prix de l’or sur le marché international et aux réformes engagées par le gouvernement pour l’encadrement des sociétés aurifères artisanales sur les conditions d’expédition de leurs produits vers ce marché.

S’agissant du diamant, sa valeur exportée est de USD 22,14 millions en 2016 contre USD 18,17 millions en 2015, soit une augmentation de 21,83% due en grande partie à l’intervention d’une nouvelle société (Guiter Mining) dans le secteur.

Structure des exportations

Produits

Années

2014

2015

2016

Produits agricoles

4,04

2,17

0,32

Produits de pêche

0,65

0,71

0,09

Produits des industries alimentaires

0,02

0,00

0,00

Produits forestiers

2,53

1,59

0,26

Produits miniers

79,19

84,12

98,97

Produits métallurgiques

0,09

0,04

0,05

Autres produits divers

13,48

11,38

0,31

 

La structure ci-dessus indique une part importante des produits miniers (plus de 98,9%) dans les exportations de la Guinée. Cette situation aggrave la vulnérabilité de l’économie guinéenne face aux variations du cours des produits miniers (bauxite, or et diamant) sur le marché international.

En 2016, les principales zones d’exportation de la Guinée sont l’Asie (54,23%),  l’Union européenne (25,81%), les autres pays africains (11,01) et la CEDEAO (5,10%).

Importations

Les importations FAB se sont situées à USD 4 429,44 millions contre USD 2 191,75 millions en 2015, soit une hausse de 102,10% liée notamment à la forte augmentation de la valeur des équipements (bateaux miniers, grues flottantes, remorqueurs, brouées de navigation et matériels de pêche artisanale) et des produits alimentaires (riz, lait, viande, jus de fruits, beurre etc.) importés par les agents économiques guinéens.

En effet, la valeur des équipements importés est passée de USD 186,86 millions en 2015 à USD 2 186,48 millions en 2016. Cette situation est expliquée par les importations massives des équipements effectuées par la société Minière de Boké, la société Guinea Alumina Corporation et la société Winning Alliance Ports SA au cours du quatrième trimestre 2016.

Quant aux des produits alimentaires importés, leur valeur est passée de USD 506,99 millions en 2015 à USD 616,70 millions en 2016, soit une hausse de 21,64% due l’augmentation des prix des denrées (riz, sucre etc.) de première nécessité sur le marché international.

En 2016, les principales zones de provenance des produits importés par les agents économiques guinéens sont : l’Union européenne (67%), l’Asie (27%.), la CEDEAO (0,6%) et le Continent américain (0,5%).


1.2. Balance des services

La balance des services est déficitaire de USD 655,86 millions contre un déficit de USD 425,03 millions en 2015, soit une dégradation du déficit de 54,31%.

Cette dégradation de la balance des services résulte en grande partie de la hausse de la facture des services de transport maritime, du fret aérien et des services spécialisés de conseil en gestion payés aux non-résidents par les sociétés guinéennes.

Les dépenses liées aux services de transport maritime sont passées de USD 212,82 millions en 2015 à USD 428,34 millions en 2016, soit une augmentation de 101,27% due essentiellement à la hausse considérable des importations FAB globales enregistrées au cours de la période sous revue.

Quant aux dépenses liées au fret aérien, elles sont passées de USD 29,02 millions en 2015 à USD 58,41 millions en 2016, soit une hausse de 101,27% due essentiellement à la reprise des vols des nouvelles compagnies aériennes étrangères (Ethiopian airline,, etc ……) sur l’aéroport international de Conakry.

S’agissant des dépenses liées aux services spécialisés de conseils en gestion et d’études, elles se sont situées à USD 32,19 millions en 2016 contre USD 23,84 millions en 2015, soit une hausse de 34,98%.

Dans le déficit de la balance des services, le transport maritime pèse pour 64,15%, le transport aérien pour 9,15%, les services de voyage pour 1,2%, les services d’assurance pour 6,3%, les services financiers pour 8,5%, les divers services techniques reçus de l’étranger par les entreprises résidentes pour 5% et les autres services (communication, informatiques, financiers etc.) pour 5,7%.

La balance des services de transport est déficitaire de USD 483,10 millions contre un déficit de USD 241,89 millions en 2015, soit une hausse de 99,72% attribuable pour l’essentiel à la forte augmentation de la valeur des importations des biens (bateaux miniers, moteurs et pièces de recharge pour bateaux miniers) enregistrée au cours de la période sous revue. L’importance du poste transport maritime s’explique par le fait que l’essentiel du transport des marchandises générales importées par les opérateurs économiques guinéens est assuré par les navires étrangers.

1.3. Balance des revenus primaires

La balance des revenus primaires est déficitaire de USD 154 ?81 millions contre un déficit de USD 143,24 millions en 2015, soit une dégradation de 8,08% due en grande partie à une légère hausse des revenus (salaires et dividendes) payés aux investisseurs et aux travailleurs non-résidents par les entreprises résidentes notamment les sociétés minières.

En effet, les rémunérations versées aux travailleurs temporaires et saisonniers non-résidents par les entreprises guinéennes sont passées de USD 25,70 millions en 2015 à USD 33,87 millions en 2016, soit une hausse de 31,79% due à un accélération des activités enregistrée dans certaines grandes sociétés et projets miniers (surtout la Société Minière de Boké) au cours la période sous revue.

S’agissant des revenus (bénéfices, intérêt et dividendes) versés aux investisseurs étrangers par les sociétés guinéennes, ils sont passés de USD 129,27 millions en 2015 à USD 154,59 millions en 2016, soit une augmentation de 19,59%.


1.4. Balance des revenus secondaires
La balance des revenus secondaires est excédentaire de USD 80,84 millions contre un déficit de USD 41,32 millions en 2015.

Cette amélioration s’explique par la hausse plus marquée des transferts courants reçus de l’étranger par rapport aux transferts versés à l’étranger.


  1. Compte de capital

Le compte de capital est excédentaire de USD 164,22 millions contre un excédent de USD 230,91 millions en 2015, soit un recul de 28,88% dû en grande partie à la baisse des dons projets faits à l’État guinéen et aux ONG nationales par les partenaires financiers et bilatéraux au cours de la période sous revue.

La baisse des dons projets reçus s’expliquerait par la conjoncture économique difficile observée dans la plupart des pays partenaires de la Guinée.


  1. Compte financier
    Le compte financier (IDE, investissements de portefeuille, autres investissements, etc.) est excédentaire de USD 2 400,82 millions contre un excédent de USD 562,20 millions en 2015.

Cette forte amélioration de l’excédent est due en grande partie à l’augmentation des flux nets des investissements directs et des autres investissements (crédits et prêts commerciaux à court terme, avances et acomptes etc.) enregistrés au niveau des sociétés minières notamment la Société Minière de Boké et la Société Guinea Alumina Corporation (GAC).

En effet, les flux nets des investissements directs étrangers enregistrés dans les sociétés guinéennes sont passés de USD 48,23 millions en 2015 à USD 1 597,34 millions en 2016. Cette forte augmentation des flux nets d’investissements est due en grande partie à la relance des activités et la mise en œuvre des programmes et plans de renforcement des capacités des systèmes de production observée dans les sociétés minières (surtout la Société Minière de Boké et la Société Guinea Alumina Corporation) au cours de la période sous revue. Ces plans d’investissement des sociétés et projets miniers sont généralement financés par les investisseurs étrangers.

Quant aux flux nets des autres investissements, ils sont passés de USD 186,92 millions en 2015 à USD 981,25 millions en 2016. Cette situation s’explique par la forte augmentation des engagements inhérents aux crédits et prêts commerciaux, avances et acomptes des sociétés guinéennes vis-à-vis des fournisseurs et partenaires non-résidents.

En effet, les engagements à court terme des sociétés guinéennes vis-à-vis de leurs fournisseurs et partenaires non-résidents sont passés d’un remboursement de USD 125,52 millions en 2015 à une augmentation des engagements de 1 331,75 millions en 2016.


Financement du solde global
Les échanges extérieurs de la Guinée sont traduits par un solde global déficitaire de USD 0,83 millions contre un déficit de USD 499,94 millions en 2015, soit une amélioration de 99,83% due à une forte entrée des flux de capitaux dans les sociétés guinéennes qui a favorisé une reconstitution des réserves de change de la Banque Centrale pour une valeur de USD 208,17 millions.

Ce déficit a été financé essentiellement par :

  • un tirage sur nouveaux emprunts de USD 148,26 millions;
  • un rééchelonnement de dettes pour USD 7,04 millions ;
  • une accumulation d’arriérés pour USD 13,06 millions.

Analyse de la balance des paiements de l’année 2016

 

En 2016, le solde global de la balance des paiements est déficitaire de USD 0,84 millions contre un déficit de USD 499,94 millions en 2015, soit une amélioration de 99,8% due à une hausse considérable des flux financiers nets (entrants) enregistrés au niveau des sociétés guinéennes notamment les sociétés minières et industrielles.   

  1.    Compte Courant

Le compte des transactions courantes est déficitaire de USD 2 774,92 millions contre un déficit de USD 1 020,20 millions en 2015, soit une dégradation de plus de 100% due essentiellement à la forte dégradation de la balance commerciale suivie de celle des services.


   1.1 Balance commerciale

La balance commerciale est déficitaire de USD 2 015,09 millions contre un déficit de USD 410,61 millions en 2015. Cette forte dégradation de la balance commerciale s’explique en grande partie par la forte augmentation des importations FAB des équipements (bateaux miniers et pièces de rechange, grues flottantes, remorqueurs, etc.) enregistrées au cours du quatrième trimestre de 2016.

  Exportations

Le taux de couverture des importations par les exportations s’est dégradé de 26,76 points de pourcentage en s’établissant à 54,51% en 2016 contre 81,27% en 2015.

Les exportations FAB globales se sont situées à USD 2 414,35 millions contre USD 1 781,15 millions en 2015, soit une augmentation de 35,55% due essentiellement à la hausse de :

  • la valeur de la bauxite exportée par les Sociétés Minières (surtout la Société Minière de Boké) vers les pays asiatiques (la Chine et le Singapour);
  • la valeur de l’or exporté par les sociétés aurifères (surtout la SAG et la SMD) et les sociétés artisanales et ;
  • la valeur du diamant exporté par les sociétés industrielles et artisanales d’exploitation du diamant

En effet, la valeur de la bauxite exportée est de USD 882,99 millions en 2016 contre USD 596,18 millions en 2015, soit une augmentation de 48,11% due à l’évolution favorable du prix de ce produit sur le marché asiatique (Chine et Singapour).

Quant aux produits aurifères, leur valeur est de USD 960,92 millions contre USD 671,83 millions en 2015, soit une hausse de 48,7% due principalement à l’évolution favorable des prix de l’or sur le marché international et aux réformes engagées par le gouvernement pour l’encadrement des sociétés aurifères artisanales sur les conditions d’expédition de leurs produits vers ce marché.

S’agissant du diamant, sa valeur exportée est de USD 22,14 millions en 2016 contre USD 18,17 millions en 2015, soit une augmentation de 21,83% due en grande partie à l’intervention d’une nouvelle société (Guiter Mining) dans le secteur.

Structure des exportations

Produits

Années

2014

2015

2016

Produits agricoles

4,04

2,17

0,32

Produits de pêche

0,65

0,71

0,09

Produits des industries alimentaires

0,02

0,00

0,00

Produits forestiers

2,53

1,59

0,26

Produits miniers

79,19

84,12

98,97

Produits métallurgiques

0,09

0,04

0,05

Autres produits divers

13,48

11,38

0,31

 

 La structure ci-dessus indique une part importante des produits miniers (plus de 98,9%) dans les exportations de la Guinée. Cette situation aggrave la vulnérabilité de l’économie guinéenne face aux variations du cours des produits miniers (bauxite, or et diamant) sur le marché international.

En 2016, les principales zones d’exportation de la Guinée sont l’Asie (54,23%),  l’Union européenne (25,81%), les autres pays africains (11,01) et la CEDEAO (5,10%).

  Importations

Les importations FAB se sont situées à USD 4 429,44 millions contre USD 2 191,75 millions en 2015, soit une hausse de 102,10% liée notamment à la forte augmentation de la valeur des équipements (bateaux miniers, grues flottantes, remorqueurs, brouées de navigation et matériels de pêche artisanale) et des produits alimentaires (riz, lait, viande, jus de fruits, beurre etc.) importés par les agents économiques guinéens.

En effet, la valeur des équipements importés est passée de USD 186,86 millions en 2015 à USD 2 186,48 millions en 2016. Cette situation est expliquée par les importations massives des équipements effectuées par la société Minière de Boké, la société Guinea Alumina Corporation et la société Winning Alliance Ports SA au cours du quatrième trimestre 2016.

Quant aux des produits alimentaires importés, leur valeur est passée de USD 506,99 millions en 2015 à USD 616,70 millions en 2016, soit une hausse de 21,64% due l’augmentation des prix des denrées (riz, sucre etc.) de première nécessité sur le marché international.

En 2016, les principales zones de provenance des produits importés par les agents économiques guinéens sont : l’Union européenne (67%), l’Asie (27%.), la CEDEAO (0,6%) et le Continent américain (0,5%).
   1.2. Balance des services

La balance des services est déficitaire de USD 655,86 millions contre un déficit de USD 425,03 millions en 2015, soit une dégradation du déficit de 54,31%.

Cette dégradation de la balance des services résulte en grande partie de la hausse de la facture des services de transport maritime, du fret aérien et des services spécialisés de conseil en gestion payés aux non-résidents par les sociétés guinéennes.

Les dépenses liées aux services de transport maritime sont passées de USD 212,82 millions en 2015 à USD 428,34 millions en 2016, soit une augmentation de 101,27% due essentiellement à la hausse considérable des importations FAB globales enregistrées au cours de la période sous revue.

Quant aux dépenses liées au fret aérien, elles sont passées de USD 29,02 millions en 2015 à USD 58,41 millions en 2016, soit une hausse de 101,27% due essentiellement à la reprise des vols des nouvelles compagnies aériennes étrangères (Ethiopian airline,, etc ……) sur l’aéroport international de Conakry.

S’agissant des dépenses liées aux services spécialisés de conseils en gestion et d’études, elles se sont situées à USD 32,19 millions en 2016 contre USD 23,84 millions en 2015, soit une hausse de 34,98%.

Dans le déficit de la balance des services, le transport maritime pèse pour 64,15%, le transport aérien pour 9,15%, les services de voyage pour 1,2%, les services d’assurance pour 6,3%, les services financiers pour 8,5%, les divers services techniques reçus de l’étranger par les entreprises résidentes pour 5% et les autres services (communication, informatiques, financiers etc.) pour 5,7%.

La balance des services de transport est déficitaire de USD 483,10 millions contre un déficit de USD 241,89 millions en 2015, soit une hausse de 99,72% attribuable pour l’essentiel à la forte augmentation de la valeur des importations des biens (bateaux miniers, moteurs et pièces de recharge pour bateaux miniers) enregistrée au cours de la période sous revue. L’importance du poste transport maritime s’explique par le fait que l’essentiel du transport des marchandises générales importées par les opérateurs économiques guinéens est assuré par les navires étrangers.

  1.3. Balance des revenus primaires

La balance des revenus primaires est déficitaire de USD 154 ?81 millions contre un déficit de USD 143,24 millions en 2015, soit une dégradation de 8,08% due en grande partie à une légère hausse des revenus (salaires et dividendes) payés aux investisseurs et aux travailleurs non-résidents par les entreprises résidentes notamment les sociétés minières.

En effet, les rémunérations versées aux travailleurs temporaires et saisonniers non-résidents par les entreprises guinéennes sont passées de USD 25,70 millions en 2015 à USD 33,87 millions en 2016, soit une hausse de 31,79% due à un accélération des activités enregistrée dans certaines grandes sociétés et projets miniers (surtout la Société Minière de Boké) au cours la période sous revue.

S’agissant des revenus (bénéfices, intérêt et dividendes) versés aux investisseurs étrangers par les sociétés guinéennes, ils sont passés de USD 129,27 millions en 2015 à USD 154,59 millions en 2016, soit une augmentation de 19,59%.


   1.4. Balance des revenus secondaires
La balance des revenus secondaires est excédentaire de USD 80,84 millions contre un déficit de USD 41,32 millions en 2015.

Cette amélioration s’explique par la hausse plus marquée des transferts courants reçus de l’étranger par rapport aux transferts versés à l’étranger.


  1.    Compte de capital

Le compte de capital est excédentaire de USD 164,22 millions contre un excédent de USD 230,91 millions en 2015, soit un recul de 28,88% dû en grande partie à la baisse des dons projets faits à l’État guinéen et aux ONG nationales par les partenaires financiers et bilatéraux au cours de la période sous revue.

La baisse des dons projets reçus s’expliquerait par la conjoncture économique difficile observée dans la plupart des pays partenaires de la Guinée.

  1.   Compte financier
    Le compte financier (IDE, investissements de portefeuille, autres investissements, etc.) est excédentaire de USD 2 400,82 millions contre un excédent de USD 562,20 millions en 2015.

Cette forte amélioration de l’excédent est due en grande partie à l’augmentation des flux nets des investissements directs et des autres investissements (crédits et prêts commerciaux à court terme, avances et acomptes etc.) enregistrés au niveau des sociétés minières notamment la Société Minière de Boké et la Société Guinea Alumina Corporation (GAC).

En effet, les flux nets des investissements directs étrangers enregistrés dans les sociétés guinéennes sont passés de USD 48,23 millions en 2015 à USD 1 597,34 millions en 2016. Cette forte augmentation des flux nets d’investissements est due en grande partie à la relance des activités et la mise en œuvre des programmes et plans de renforcement des capacités des systèmes de production observée dans les sociétés minières (surtout la Société Minière de Boké et la Société Guinea Alumina Corporation) au cours de la période sous revue. Ces plans d’investissement des sociétés et projets miniers sont généralement financés par les investisseurs étrangers.

Quant aux flux nets des autres investissements, ils sont passés de USD 186,92 millions en 2015 à USD 981,25 millions en 2016. Cette situation s’explique par la forte augmentation des engagements inhérents aux crédits et prêts commerciaux, avances et acomptes des sociétés guinéennes vis-à-vis des fournisseurs et partenaires non-résidents.

En effet, les engagements à court terme des sociétés guinéennes vis-à-vis de leurs fournisseurs et partenaires non-résidents sont passés d’un remboursement de USD 125,52 millions en 2015 à une augmentation des engagements de 1 331,75 millions en 2016.

  Financement du solde global
Les échanges extérieurs de la Guinée sont traduits par un solde global déficitaire de USD 0,83 millions contre un déficit de USD 499,94 millions en 2015, soit une amélioration de 99,83% due à une forte entrée des flux de capitaux dans les sociétés guinéennes qui a favorisé une reconstitution des réserves de change de la Banque Centrale pour une valeur de USD 208,17 millions.

Ce déficit a été financé essentiellement par :

  • un tirage sur nouveaux emprunts de USD 148,26 millions;
  • un rééchelonnement de dettes pour USD 7,04 millions ;
  • une accumulation d’arriérés pour USD 13,06 millions.

Rapport d'activité de la BCRG 2013

anuel1

 

INTRODUCTION

L'année 2013 a été marquée, sur le plan interne, par des crises sociopolitiques qui ont

fortement perturbé le cours normal des activités et ralenti le rythme de production des principaux secteurs de croissance économique.

Lire la suite...

Statistique monetaire financière et de balance de paiement 2014

statistique

 

Environnement économique international en 2014

En 2014, l'économie mondiale a enregistré un rythme modéré de croissance. Eneffet, selon les dernières estimations du FMI , la production mondiale n'auraitaugmenté que de 3,3% en 2014, identique à la croissance de l'année 2013. Lareprise a été entravée par de nouveaux problèmes, dont un certain nombre de chocs inattendus, tels que l'intensification des conflits géopolitiques en Ukraine et au Proche-Orient,

Lire la suite...